Accueil » Chroniques » HERZEL – Le Dernier Rempart

HERZEL – Le Dernier Rempart

  • par

Tout commence par une ambiance pesante, un rafiot craquant, quelques harmonies de guitare, puis un riff tout bonnement assassin … Mais pas trop vite, reprenons depuis le début.

HERZEL est un groupe français de Heavy Metal originaire de Quimper, formé en 2013 autour de Thomas Guillesser (chant), Kévin Le Vern et Gurvan Lardeux (guitares), Ion Philippon (batterie) et Mordiern Le Dissez (basse). Ils sortent une première démo Unis dans la Gloire en 2015 qui donnera une première bonne image du groupe, signent avec le label italien Gates of Hell Records (transfuge de Cruz del Sur Music) afin de sortir ce Dernier Rempart en mars 2021.

L’enregistrement de ce dernier opus ne sera pas de tout repos, puisque les sessions commencent juste avant la pandémie en février 2020, et doivent rapidement s’interrompre, alors que seule la batterie est en place (enregistrée au Novomax Studio de Quimper). Le reste des instruments et les voix seront enregistrés en home studio. Un bel exploit au vu du résultat plus que convaincant. A noter que nous retrouvons deux invités sur l’album, Tony Riou (solo de guitare sur La Flamme), et Ronan Le Dissez (bombarde).

Alors à quoi ça ressemble HERZEL ? Le groupe oscille entre Heavy Metal / Speed Metal en fonction des morceaux, mais surtout encapsule dans ses compositions une dimension bretonne indéniable, à grands coups de binious, bombardes, et autres instruments celtiques. En fait l’influence bretonne se fait même sentir dans les harmonies de guitare, comme sur les Maîtres de L’océan ou sur l’introduction de Berceau de Cendres.

Niveau influences, il faudra jeter un oeil du côté des groupes de “seconde division” des années 80, comme MANILLA ROAD par exemple, CIRITH UNGOL, ou encore GRIM REAPER.

Parfois, les influences sortent du carcan épique, pour s’orienter vers des cieux plus sombres : ainsi, dés l’ouverture de La Flamme, vous sentirez planer l’ombre de MERCYFUL FATE au-dessus de ce riff de guitare acéré. Ceci se confirmera quelques mesures plus tard lorsque Guillesser partira dans des registres sur-aigus sans crier gare (“contemplant l’horizonnnnnnnn”). Le riff mid-tempo qui s’immisce ça et là me rappelle fortement les meilleures heures de Melissa ou Don’t Break The Oath.


Difficile de ne pas non plus évoquer une certaine influence des formations françaises des années 80, notamment sur les titres les plus épiques (Berceau de Cendres) : ainsi vous entendrez dans la diction et le découpage des phrases un peu d’ADX, et beaucoup de SORTILEGE. Mais n’ayez crainte, le groupe affiche quelque chose de très personnel dans le chant, presque pop par moments, ce qui met en relief l’excellent jeu des guitaristes.

Dans l’ensemble, les compositions passent très vite (le disque ne comportant au final que 5 titres et une interlude), même si certaines vont taper les 7 minutes : on ne s’ennuie pas, au contraire, et une sensation de reviens-y nous envahit à la fin du disque. Un titre ou deux de plus auraient clairement été les bienvenus


Sources :
https://www.invisibleoranges.com/entering-the-underground-4-herzel/
https://herzel-music.bandcamp.com/album/le-dernier-rempart
https://www.discogs.com/fr/Herzel-Le-Dernier-Rempart/release/17702797

Pour résumer, Herzel délivre ici un opus vraiment réussi pour un premier essai : un disque ancré dans un heavy metal traditionnel, réhaussé d’influences bretonnes bienvenues, et qui selon moi mériteraient d’être encore plus développées dans le futur. Vivement la suite !

Artiste / HERZEL
Album / Le Dernier Rempart (2021)
Label / Gates Of Hell Records
Référence / GOH45
Année de Pressage / 2021
Code Barre / 8054529000456

Album
Pressage
Pochette / extras
Montrez-nous un peu d'amour ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *